lundi 20 août 2012

Journal du 20 août 1907

La comète d'août 1907. On la voit très vite à l'est, sans doute à partir de deux heures du matin. On dirait une pâle étoile filante arrêtée comme elle tombait sur le bois Narteau et aussi une queue de billard jetée au ciel.
Avec ma lanterne, ma robe de chambre rouge, mon fichu de laine, et ma casquette sur mon bonnet de coton, n'ai-je pas l'air d'un vieil astrologue sans lunettes?
Heureusement, un nuage la recouvre. Rien de plus monotone que ces merveilles.
Tout cela ne prouve pas le diable.
A l'horizon, un peu avant le soleil, Saturne ou Jupiter se lève. Et ça vaut bien une comète.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.