mardi 28 avril 2015

Journal du 28 avril 1904

A Chaumot. D'abord, pourquoi je quitte Chaumot. Trois espèces de questions: administratives, religieuses, morales.
Communication plus étroite entre le maire, ses conseillers et les électeurs. Ceux-ci, au lendemain des élections, ne doivent se désintéresser de rien de ce qui se passe à la mairie. L'école doit être le centre. De bons chemins, de l'hygiène, le tout  avec économie, mais sans avarice.. Il ne s'agit pas de dire: "Notre caisse est pleine!" Il s'agit de dire: "Nous avons dépensé de l'argent, mais c'était utile."
Liberté pour tous. M. Loubet va à Rome. Il ne va pas voir le pape: il n'en empêche pas les autres. Chacun croit ce qu'il veut. Que chacun croie des choses  pas trop déraisonnables: voilà mon vœu.
La République. On lui doit d'abord le suffrage universel. Jadis on accusait les républicains d'avoir les mains sales; on les accuse  aujourd'hui de vouloir mettre tout à feu et à sang. Comme il crient: "Vive la paix universelle!" On les accuse d'être des vendus: il faudrait s'entendre. le républicain se fait une haute idée de la morale.  Il veut l'homme libre. Mettre un frein à la richesse des uns, et remédier à la pauvreté des autres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.