lundi 30 juin 2014

Journal du 30 juin 1892

Qu'est-ce que ça prouve, le succès? Faut-il donner les noms des hommes incompris, des pièces tombées, des livres dédaignés? 
- Et puis, vous aurez peut-être du  talent, un jour.

Intermède

Nous sommes une société où tout le monde prétend agir à son corps défendant, des médiocres, nous sommes d'autant plus médiocres que nous refusons d'être responsables de notre médiocrité.
(Henri Lhéritier,  Moi et Diderot (et Sophie), p. 138,  Éditions Trabucaire, 2013.)

dimanche 29 juin 2014

samedi 28 juin 2014

Journal du 28 juin 1897

En somme cette mort a ajouté à mon orgueil.
Le 21 juin, à une heure, on sort le cercueil par le jardin pour que maman et ma sœur n'entendent rien. Des gens attendent sur la route. La plupart ont l'immortelle rouge à la boutonnière. M. Hérisson est là. Je dis:
- Nous vous remercions spécialement d'avoir bien voulu venir.
Je sors dans la rue. Je crois que tout le monde me regarde, qu'après mon père c'est moi le plus important de la cérémonie, et qu'il faut faire une figure. Je la sens dure.
On s'ébranle. Les dix conseillers municipaux se relaient pour porter le cercueil. contre son bois on entend, à chaque pas, battre les poignées de métal.
On passe devant la mairie et devant l'église. Le soleil nous chauffe la tête. Par toute les routes il arrive du monde en retard. Dans une voiture, le père Rigaud, maire de Marigny, âgé de 84 ans, et son fils qui a l'air plus vieux que lui.
Le cimetière. La fosse est là, dans un coin, près de la route.
M. Billard prend la parole et lit d'une voix claire, à effets, son adieu écrit, me regarde après chaque phrase, dit "ses constitutions" au lieu de "ses concitoyens", puis tout à coup s'arrête: un feuillet s'est égaré. Long silence, un peu de malice dans l'air. Il improvise ou récite la fin. M. Hérisson lui succède, et, très ému, dit trois mots. Pendant tout cela, je me passe fréquemment la main sur la tête. Le soleil me fait mal.
On attend. Plus rien. Je voudrais expliquer le sens de cette mort, mais plus rien. On jette les immortelles dans la fosse. Un peu de terre s'éboule.  Pas de défilé pour nous serrer les mains. On commence à s'éloigner. Je reste là, je reste là. Ah! misérable  cabotin! Je sens que je le fais un peu exprès. Pourquoi, misérable? Tout le reste de mes sentiments n'est-il pas de moi, comme ma tristesse?
Tous ces gens avait l'air peu rassuré de prendre, par décence, part à cette cérémonie sans prêtre. C'est sans doute le premier enterrement civil de Chitry.

vendredi 27 juin 2014

Journal du 27 juin 1890

Ah! notre vanité! Je lis, dans le Roquet, mon article, L'Art pour l'argent, émasculé de belle manière. Il m'a semblé toute la matinée qu'on me donnait des coups de canifs en pleine chair.

L'alimentation au temps de Jules Renard

Un médecin, le docteur Chantemesse, avait expliqué que l'huitre donnait la fièvre typhoïde et entrainait la mort.
En ce moment, ils (les médecins) vous interdisent, le plus impérieusement du monde, toute sorte d'aliments qu'ils vous ordonnaient hier, et qu'ils vous recommanderont, a nouveau, demain. si on les écoutait, on ne pourrait plus rien manger, ni plus rien boire, ni plus rien respirer. Qui vous dit que, dans huit jours, il ne sera pas décrété par d'impeccables microbiographes que le bifteck, le gigot de mouton, le poulet, les œufs,  les épinards, les fruits, le pain lui-même, et en général tout ce qui se mange, se boit et se respire, et l'eau pure des sources, et l'air vivifiant des montagnes, que tout cela, reconnu jusqu'ici pour excellent et hygiénique, n'est plus que d'affreux poisons.
Je reverrai toujours le visage bouleversé d'un médecin qui, entrant chez moi et constatant que je mangeais des fraises, s'écria avec un profond accent d'indignation: 
- Des fraises! des fraises! Mais, malheureux, vous voulez donc vous tuer! Mais vous ne savez donc pas que les fraises, c'est du tétanos, du tétanos condensé en pilules.
Et il ajouta en apercevant, sur le buffet, la desserte de mon déjeuner:
- La salade aussi, d'ailleurs...et tout...et tout. Tout ce qui pousse dans la terre, dans ce foyer d'infection tétanique qu'est la terre.
Puis, revenant aux fraises, il me dit, sur un ton suppliant:
- Des fraises! Vous n'avez pas le droit, sapristi! Voyons, mon cher, vous avez une famille, que diable! des amis. C'est scandaleux.
(Octave Mirbeau, Le Figaro, 1er décembre 1903.)

jeudi 26 juin 2014

Journal du 26 août 1901

Quelques mots de Ponge, poète de village.
- Moi, je suis primesautier, de ma nature.
- De Calife en Sylla.
- L'épi de Damoclès.
- Oui, la lune tendre a de l'influence sur la coupe du peuplier et du chêne. Il ne faut pas les couper en lune tendre.
- Une dame qui connaît Bourget, Theuriet et Stiégler, mais qui ne vous connaît pas, m'a dit que, si j'avais besoin de ses services à Paris...

Journal du 26 juin 1894

Baïe, voyant couper les cheveux de Fantec, dit: "Oh! qu'il a la tête sale! " Elle prenait pour de la saleté les cheveux qui tombaient.

Conférence de Jules Renard

Odéon - 1er décembre 1909.
Comme les feuilles de Giacosa. On a également remis à la scène le Saint-Genest de Rotrou; Charles VII chez ses grands vassaux de Dumas père et Turcaret de Lesage. Les Conférences du jeudi ont été faites par Bernardin, Léon Blum, Abel Bonnard, Ernest Charles, d'Esparbès, Ledrain, Nozière, Jules Renard et Jean Richepin.
(André Antoine, Le Théâtre, T.I. Les Éditions de France)

mercredi 25 juin 2014

Journal du 25 juin 1890

Cette nuit, on entendait les trompes des brêmiers rentrant au port gémir et jeter leurs rauques avertissements dans la brume. On aurait dit le cor d'Hernani, ou plutôt des taureaux apocalyptiques beuglant la fin du monde.

lundi 23 juin 2014

Journal du 23 juin 1889

Le soleil pareil à un balancier immobilisé.

Le bac au temps (ou presque) de Jules Renard

A 37 ans, Julie-Victoire Daublé vient d'entrer dans l'histoire. La voici...bachelier, comme on dira encore pendant des décennies. La première française  à décrocher un diplôme de l'enseignement supérieur. Dans le "Salut public" du 23 août 1861, Francisque Bouillier, salue l'exploit avec emphase: "Aujourd'hui, par son exemple, elle ouvre une voie nouvelle aux femmes, plus nombreuses qu'on ne le pense, qui, comme elle, ont reçu en partage la force de la volonté et les dons de l'intelligence."
(Charles de Saint-Sauveur, Aujourd’hui en France, samedi 21 juin 2014, p. 33)

dimanche 22 juin 2014

Journal du 22 juin 1894

Décidément, ce qui m'empêche d'admirer Barrès comme il faudrait, c'est qu'il n'a que quelques années de plus que moi.

vendredi 20 juin 2014

Journal du 20 juin 1887

La nostalgie que nous avons des pays que nous ne connaissons pas n'est peut-être que le souvenir de régions parcourues en des voyages antérieurs à cette vie.

jeudi 19 juin 2014

Journal du 19 juin 1901

Avec sa maison qu'elle loue aux sœurs, le pré qu'elle loue à Rateau et ses économies, elle a déjà trente sous à manger par jour.  Elle est toute joyeuse.
- Mais, dit-elle, j'aurais trente sous à manger par jour à la condition d'habiter dans la rue.

mercredi 18 juin 2014

Journal du 18 juin 1902

On a des courages, non pas du courage.

Poil de Carotte

Théâtre Antoine.
2 mars (1900), L’Empreinte, trois actes d'Abel Hermant et Poil de Carotte de Jules Renard, qui est un triomphe.
(André Antoine, Le Théâtre, T.I,  Les Éditions de France, p. 400.)

mardi 17 juin 2014

lundi 16 juin 2014

Journal du 16 juin 1894

Oui, dit-il: je l'ai échappé laide.

Marcel Proust aux enchères

Vente Sotheby’s, Paris, 76 rue du Fg Saint-Honoré, 
19 juin 14 h 30.
Lors de laquelle seront mises en ventes des correspondances de Marcel Proust (mais aussi de son père et de sa mère) dont certaines inédites parmi lesquelles une lettre manuscrite autographe adressée à Reynaldo Hahn « à l’apogée de la passion » ou encore une autre adressée à Lucien Daudet au sujet de l’article que Proust écrivit dans l'Intransigeant à propos du livre de Lucien Daudet, Le Prince des cravates. Parmi tant d’autres…

samedi 14 juin 2014

vendredi 13 juin 2014

Journal du 13 juin 1896

C'est la coutume, ici, qu'une fois par an le garde champêtre et un maçon aillent, à l'entrée de l'hiver, dans toutes les maisons du village, faire une tournée de sûreté. Ils visitent les cheminées, tâtent les fours et boivent la goutte. À la dixième maison, ils sont saouls. Ils touchent chacun trois francs par jour, et ça dure trois jours.
Cette année, quand Papon est venu dire au maire qu'il allait faire sa tournée, papa, qui avait dû déjà le mettre  à la porte l'année dernière, a supprimé cet usage qui ne repose sur aucun texte de loi. Il a dit à Papon:
- Si ça te rapporte neuf francs, j'aime mieux t'en donner dix-huit pour que tu te tiennes tranquille.
Malgré les gouttes, Papon a répondu:
- Comme vous voudrez. Moi, ça m'est égal, monsieur le maire.
Mais papa a oublié de donner les dix-huit francs.

jeudi 12 juin 2014

Journal du 12 juin 1902

Un livre qui, soudain, se trouve mal dans son rayon, et tombe.

Intermède - Éloge du tire-bouchon -

Peu d'objets possèdent une utilité supérieure à celle du tire-bouchon, un bateau ne rend pas de tels services, y compris pour les voyages.
Celui que j'ai sous la main (le tire-bouchon) est composé d'un manche en plastique rigide, noir ébène, et de parties érectiles c'est-à-dire dépliables, en acier inoxydable. Au repos, il tient bien dans la paume, il est lourd, ne laisse rien apparaître de ses projets, se présente comme un oiseau des îles aux épaules étroites et hautes, avec un grand bec qui pointe vers le sol. C'est un tire-bouchon qui donne envie de ne boire que de bonnes bouteilles, on ne joue pas avec la dignité d'un tire-bouchon, explorateur de mystères, sans flotter, il nous fait découvrir le monde. Un tire-bouchon nous délivre de nos haleurs.
Un bateau, un livre et un tire-bouchon sont liés par une même intention: la découverte, leurs flancs, sont pleins de la seule chose capable de nous faire vivre mieux, la surprise.
(Henri Lhéritier, Moi et Diderot (et Sophie), Trabucaire éditeur, 2013)

mercredi 11 juin 2014

Journal du 11 juin 1896

Je me sens triste comme un Verlaine de campagne.

Jules Renard, auteur international

Origine des visiteurs de ce blog sur une période récente.
  1. France 2 556 visiteurs,
  2. Belgique 47,
  3. Japon 42,
  4. Allemagne 40,
  5. Maroc 31,
  6. Espagne 28,
  7. Algérie 19,
  8. Suisse,
  9. Canada,
  10. Brésil.

mardi 10 juin 2014

lundi 9 juin 2014

Journal du 9 juin 1908

Le Paradis, c'est un château en Espagne.

Une lettre de Jules Renard aux enchères

Lieu de vente: Maître Pascal BLOUET
438 Bd François Mitterand
53100 Mayenne
Dimanche 15 juin 10H
Lot n° 91
1 VOLUME - Jules RENARD (1864-1910) comprenant 3 éditions reliées HISTOIRES NATURELLES illustrations de B. RABIER - L'ECORNIFLEUR illustrations de VOGEL - POIL de CAROTTE illustrations de POULBOT 
Avec une   LETTRE MANUSCRITE de J. RENARD :
Paris 44 Rue du Rocher -  28. X bre 1908, Mon Cher Ami je croyais qu'il s'agissait d'un petit guide. Je n'avais pas eu l'intention de vous demander un livre de cette valeur, un vrai livre d'étrennes. Je vous en remercie d'autant plus ! A bientôt  les Histoires Naturelles et les Bucoliques que je n'ai pas en ce moment, Bonne Année 1909. Votre, Jules Renard.
Estimation 120/150 €

dimanche 8 juin 2014

Journal du 8 juin 1904

Style pur comme l'eau est claire, à force de travail, à force de s'user, pour ainsi dire, sur les cailloux.

samedi 7 juin 2014

Journal du 7 juin 1901

Décoré, je ne demande plus à être servi à part, dans les restaurants: la table d'hôte me suffit.

vendredi 6 juin 2014

Journal du 6 juin 1908

Hier, un orage tel qu'on se croyait dans l'eau et dans le feu. J'allais d'une porte à l'autre, suivi de Marinette. À un coup de foudre qui éclate, je sens comme un choc aux pommettes. On fait le gros dos. Philippe affecte de ne s'occuper que du vent et de l'eau qui tombe, ou de la grêle qui fait bien du mal. Il ne parle pas de la foudre qui a tué un homme, hier, à Moraches, dans une auberge où ils s'étaient réfugiés une douzaine. Il semble dire: "Ce n'est rien", pour la calmer.

Actualité culturelle

Chansons d'un jour, poésie d'un soir 
Le récital mêle poèmes de Matthias Vincenot, dits par l'auteur ou chantés par Eric Guilleton, et chansons d'Eric Guilleton. La poésie et la chanson ? Vaste programme... Avec Matthias Vincenot et Eric Guilleton, elles se rencontrent sans se confondre, dans une sorte de ping-pong poétique et musical, où deux univers se croisent et se répondent. En avant-première, la nouvelle version du récital. Artistes : Matthias Vincenot, Eric Guilleton. 
Mardi 10 Juin 2014 À 19h15 
 À L'Entrepôt / Galerie, 7 rue Francis de Pressensé, Paris 14.

jeudi 5 juin 2014

Journal du 5 juin 1909

Sée regarde volontiers dans les tiroirs, règle un cocher par la fenêtre, fait tournoyer sa canne au pied du lit d'un malade, parle haut et déplace un air considérable.

Jules Renard aux enchères

Vente du samedi 14 juin 2014
SCP Fraise, Jabot
Salon Ronsard - Parc de la Perraudière - Saint-Cyr sur Loire.
RENARD Jules. Œuvres complètes, nouvelle édition en partie originale P.Bernouard - 1926
17 volumes in 8 ½ chagrin rouge (dos légèrement insolés).
Estimation 150-200€.

mercredi 4 juin 2014

Journal, un jour d'août 1905

Cousine Nanette dit de Borneau:
- Le feu du ciel a brûlé sa maison  parce qu'il avait dit à Jules de le faire enterrer civilement.

Journal du 4 juin 1890

Relu le Curé de village. La mort de Mme Graslin est une très belle chose. Toutefois, je pense que ce genre de roman est mort, du moins pour les hommes  d'un grand talent. C'est du trompe-l’œil. Cela produit une grosse sensation, mais l'effet ne dure pas, et on sourit un peu. Je veux dire que Balzac n'est alors qu'un Montépin de talent, de génie si on préfère, et je crois que les écrivains vraiment doués ne pourront plus écrire de ces livres-là, sérieusement.

mardi 3 juin 2014

Journal du 3 juin 1899

Dans une carrière j’arrache avec mes ongles des cailloux polis: je ne construirai jamais rien.

Monsieur Vernet

Théâtre Antoine - le 6 mai (1903), Le Supplice du silence de Berr de Turique et une œuvre nouvelle de Jules Renard, Monsieur Vernet, jugée tout à fait de premier ordre, même après Poil de Carotte.  La soirée s'achève par L'Attaque noctule, trois tableaux d'André de Lorde et Mason-Forestier, curieusement mis en scène et qui complètent un excellent spectacle jusqu'à la fermeture.
(André Antoine, Le Théâtre, T.I. Les Éditions de France)

lundi 2 juin 2014

Journal du 2 juin 1892

Les paysans disent: "Il y a tout ce qu'il faut dans notre pays. " Mais il ne leur faut rien.

Jules Renard aux enchères

Document inédit exceptionnel.
Paris-Drouot-Richelieu - 5 juin 2014 - 14 H. salle 9.

SVV Yann Le Mouel.  
Berthe Bovy dans "Poil de Carotte" de Jules Renard en 1921; Berthe Bovy dans "La Voix Humaine" de Jean Cocteau en 1930. 2 tirages argentiques d'époque anonymes dont 1 annoté au crayon au dos. 18,1 x 13 cm et 22,3 x 16,9 cm. Estimation 300/350€.

dimanche 1 juin 2014

Journal du 1er juin 1906

Le travail, c'est parfois comme de pêcher dans une eau où il n'y aurait jamais eu de poisson.