vendredi 16 novembre 2012

Journal du 16 novembre 1889

Une grande bouche, une petite voix. Figurez-vous un vent coulis qui sortirait par une porte cochère.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.